X Close

L’Amérique se transforme en France révolutionnaire Les politiciens ignorent délibérément les présages

A pro-Trump protestor following last week's verdict (Joe Raedle/Getty Images)

A pro-Trump protestor following last week's verdict (Joe Raedle/Getty Images)


juin 5, 2024   6 mins

L’un des problèmes les plus dangereux de l’Ouest aujourd’hui est sa prédisposition à préférer la normalité : l’assomption que rien ne se passera jamais, que tout se passera bien, et qu’il n’y a vraiment rien à craindre. En termes simples, cette prédisposition est le produit de nos cerveaux qui ne réussissent pas à suivre le rythme des événements. Nous n’avons qu’une capacité cérébrale limitée à consacrer à un moment donné, donc si des choses inattendues se produisent trop rapidement, nombre d’entre nous ont tendance à simplement se figer. Même lorsque l’eau s’infiltrait lentement dans le Titanic, les passagers se promenaient encore, incertains de ce que cela signifiait.

Dans le monde réel, la manière de combattre les effets paralysants de cette prédisposition est par la formation et la préparation. Si l’on se soumet à des exercices d’incendie avant qu’un incendie n’éclate, nous serons beaucoup plus susceptibles de pouvoir agir rapidement ; le cerveau se base sur ce qu’il connaît pour agir. De même, tirer des leçons de l’histoire est un moyen sûr de prévenir cette prédisposition. Le seul problème est que peu de gens reconnaissent cela : la plupart d’entre nous pensent que l’histoire n’a rien à nous apprendre sur le monde moderne.

Cependant, alors que les grandes divisions de l’Amérique ne font que s’accentuer, réfléchissons à cette idée. Si nous essayions de comparer la situation des États-Unis aujourd’hui avec celle de la France à la veille de la grande révolution de 1789, qu’est-ce que cela signifierait pour les États-Unis ? Le pays est-il dans une position plus stable que la France qui a sombré dans la révolution, ou est-il en réalité pire ?

Commençons par la situation intérieure et politique. La France à la fin du XVIIIe siècle était amèrement inégalitaire. L’inégalité économique coexistait avec l’inégalité sociale — le vieux système féodal commençait à se heurter aux réalités de l’économie moderne naissante — et le système politique lui-même avait essentiellement cessé de fonctionner. Tout le monde savait que des réformes étaient grandement nécessaires, mais adopter une législation concrète était impossible. Les intérêts particuliers avaient la capacité de mettre leur veto sur chaque changement, aussi nécessaire soit-il, et à l’approche de 1789, un blocage politique total était devenu la norme. La Révolution française n’a pas eu lieu parce qu’elle était inévitable, mais parce que le système politique s’est révélé totalement incapable de remédier à ses lacunes.

Cela vous semble-t-il familier ? Cela devrait, car c’est précisément la situation aux États-Unis en ce moment. Un système politique inégalitaire s’est essentiellement figé et a cessé de fonctionner, et se dirige maintenant vers une élection entre le président le plus impopulaire de l’histoire moderne et le président suivant le plus impopulaire de l’histoire moderne. L’un de ces hommes est clairement en train de décliner rapidement, sujet à des bafouillements et à des pertes de mémoire ; l’autre vient de devenir le premier président à être reconnu coupable d’un crime. Tout comme la France des années 1780, la violence, les protestations et le désenchantement semblent être la conclusion la plus probable.

Mais comment se porte l’économie ? La France en 1789 était célèbre pour sa faillite ; en fait, la faillite de la Couronne française a été la cause immédiate de toute la révolution. La Couronne a emprunté massivement pour financer des guerres étrangères et des dépenses intérieures, et avant longtemps, elle fut forcée d’emprunter encore plus d’argent pour rembourser les intérêts de sa dette ancienne, ce qui a entraîné davantages d’emprunts pour payer ces prêts, et ainsi de suite. Finalement, la France ne put plus emprunter, et la crise commença sérieusement.

Cependant, dans le domaine de l’impropriété fiscale, la France du XVIIIe siècle ne peut tout simplement pas rivaliser avec l’Amérique moderne. Les États-Unis sont de loin la nation la plus endettée du monde aujourd’hui en termes absolus, se gorgeant de quelque 1 billion de dollars de dette supplémentaire tous les trois mois. Et contrairement à la France révolutionnaire, où les pensions publiques et la sécurité sociale n’existaient tout simplement pas, l’Amérique a une ‘dette fantôme’ supplémentaire d’environ 175 billions de dollars, représentant ses engagements pour les prestations futures.

« Dans le domaine de l’impropriété fiscale, la France du XVIIIe siècle ne peut tout simplement pas rivaliser avec l’Amérique moderne. »

En plus de cette situation déjà misérable, les États-Unis doivent faire face à un autre problème auquel la France de cette époque passée n’était pas confrontée : la désindustrialisation. À la veille de la révolution, la France était remarquablement autosuffisante ; c’est pourquoi elle a pu si facilement passer d’un cas politique et économique désespéré en 1789 à dominer la majeure partie de l’Europe en 1812. En revanche, l’Amérique de 2024 n’est pas autosuffisante. Les anciennes industries qui lui ont permis de dominer après la Seconde Guerre mondiale ont maintenant été vendues par morceaux, et les États-Unis dépendent aujourd’hui de l’exportation de dollars et de l’importation de biens matériels en retour. Si la demande de dollars diminue, ces biens matériels ne peuvent pas être rapidement remplacés. Les États-Unis devront entreprendre une période de réajustement économique beaucoup plus douloureuse, tandis que la France en 1789 n’avait essentiellement qu’à rationaliser les ressources qu’elle possédait déjà pour retrouver sa puissance.

Ainsi, la situation sociale et politique de l’Amérique contemporaine est au moins comparable à celle de la France en 1789, tandis que la situation économique est en réalité bien pire. Et en ce qui concerne la situation militaire ?

Eh bien, en 1789, la situation ne paraissait pas particulièrement bonne. La France était confrontée à au moins deux gros problèmes : d’abord, son armée souffrait d’un moral bas et d’un mécontement élevé. Cela avait en partie à voir avec la division inextricable entre les roturiers et les nobles, et en partie avec une série de réformes disciplinaires très impopulaires. Le deuxième problème avait trait à la politique étrangère. En 1787, la Prusse a envahi les Pays-Bas, qui étaient censés faire partie de la sphère d’influence légitime de la France. De nombreux Français voulaient que leurs dirigeants défendent l’honneur du pays contre les Prussiens, mais Louis XVI a décliné — pour la simple raison que la France était trop fauchée pour se permettre une guerre.

Cette incapacité à agir comme une grande puissance n’a pas seulement eu des conséquences intérieures ; elle a convaincu d’autres grandes puissances que la France devenait l’homme malade de l’Europe.

Bien que ces faiblesses ne doivent pas être sous-estimées, elles sont d’un ordre de grandeur moins grave que celles auxquelles sont actuellement confrontés les États-Unis. Si l’on voulait établir une comparaison, les réformes disciplinaires de l’armée française ont probablement causé autant de mécontentement que la politique de vaccination contre le Covid de l’armée américaine ; pas vraiment une situation enviable, mais pas non plus mortelle. L’armée américaine, cependant, rencontre des problèmes beaucoup plus pressants : la crise de recrutement est si grave qu’elle compromet la disponibilité au combat de formations entières. Les « unités fantômes » — c’est-à-dire des unités qui devraient techniquement exister mais qui en pratique n’existent pas car elles n’ont pas d’hommes — se multiplient lentement au sein de l’armée américaine. Pendant ce temps, la Marine est confrontée à un énorme problème de privation de sommeil, car il n’y a tout simplement pas assez de marins pour équiper les navires à leur pleine capacité. En plus de ces problèmes, l’armée américaine est de plus en plus incapable de se procurer des munitions pour ses armes, et la Marine ne peut pas construire suffisamment de navires pour éviter une réduction, ni effectuer les réparations planifiées sur les navires qu’elle possède.

En d’autres termes, l’armée française a connu une crise de culture interne, tandis que l’armée américaine est confrontée à une crise de culture interne et une énorme crise de recrutement et une énorme crise logistique et de soutien. En outre, l’armée américaine est plus développée que l’armée française d’antan : elle compte près de 1 000 bases à travers le monde. Les Français n’ont pas pu se rendre aux Pays-Bas en 1787 car ils n’avaient pas assez d’argent pour le faire ; l’Amérique, en revanche, a tenté en vain de mener une guerre par procuration contre la Russie en Ukraine, et a tenté en vain d’empêcher les Houthis de bloquer le canal de Suez. En avril, l’armée américaine a construit un quai d’aide à Gaza comme une sorte de démonstration de force, une preuve que l’armée américaine — quoi qu’on puisse dire sur le reste de l’Amérique — était toujours à la hauteur de la tâche. Mardi, le quai s’est effondré et a été emporté par les flots.

De ce point de vue général, il semble donc que la situation des États-Unis en 2024 est bien pire que celle de la France en 1789. Cela signifie-t-il qu’une révolution va se produire ?

Il serait facile de trouver une raison pour expliquer pourquoi les choses continueront comme avant. C’est simplement ainsi que fonctionnent nos cerveaux : si vous êtes au fait des exercices d’incendie et que vous sentez soudainement de la fumée, la première réaction de votre cerveau est probablement « Ah ! Un incendie ! Il est temps d’aller vers la sortie de secours ! ». Si vous ne savez pas où se trouve cette sortie, si vous n’avez jamais vraiment considéré la possibilité d’un incendie, votre cerveau répondra très probablement à la vue et à l’odeur de la fumée par un « Eh bien, ça ne doit pas être si grave… ».

Et l’on pourrait peut-être dire que c’est en effet l’attitude correcte à adopter aujourd’hui. Peut-être que les choses ne sont vraiment pas « si graves ». À quoi je répondrais : les choses sont pires qu’en France en 1789. Tout ce qui reste à voir, c’est si ce simple fait incontestable sur notre situation actuelle mène à quelque chose ou non.


Malcom Kyeyune is a freelance writer living in Uppsala, Sweden

SwordMercury

Join the discussion


Join like minded readers that support our journalism by becoming a paid subscriber


To join the discussion in the comments, become a paid subscriber.

Join like minded readers that support our journalism, read unlimited articles and enjoy other subscriber-only benefits.

Subscribe
S’abonner
Notification pour
guest

0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires